mardi 8 mars 2016

Madame Messieurs, les croques à toutes les sauces.


Vous en avez marre du Burger qu’on nous sert un peu partout ces temps-ci dans Paris ? Laissez-vous tenter par le Croque-monsieur ! Ce sandwich, apparu pour la première fois en 1910 dans un café parisien du boulevard des Capucines, et ancien classique de la cuisine de bistrot, revient à la mode. Un peu de variété n’a jamais fait de mal à personne. Madame Messieurs, lancé en aout 2015 rue de Maubeuge dans le 9ème, s’est spécialisé dans ce petit sandwich bien de chez nous et lui a donné un sacré coup de jeune.

La star c’est donc le croque ! La carte en compte une dizaine. Ils sont vendus entre 11 et 16 €, sur une base de viande (jambon, bœuf, dinde) ou de poisson et des garnitures différentes et très originales. Ils sont servis accompagnés d’une salade ou de frites maison. Mon choix s’est posé sur le Charles à base de bœuf haché, de cantal, de tomates cerise et d’oignons caramélisés, le tout tranquillement posé entre deux tranche de pain de mie toasté et saupoudré d’une poudre de piment d’Espelette. Ce Croque de rêve est proposé avec un assortiment de frites de pommes de terre, de patates douces et de légumes. Une belle idée, un beau résultat.

C’est copieux mais le très sympathique serveur parvient tout de même à nous vendre son Banofee Pie. Généreux mélange entre la tarte à la banane et le Cheese cake, ce gâteau est un autre appel à la gourmandise. Nous cédons mais nous ne le regrettons pas ! Le temps file à une vitesse folle, il faut passer par la caisse. On prend tout de même cinq minutes pour féliciter l’équipe de joyeux messieurs qui tiennent ce beau bistrot spécialisé.

Pour un déjeuner à 25€ en comptant une Gallia blonde appréciable, le résultat est très satisfaisant. On pourrait cependant trouver que le prix est assez élevé pour un déjeuner, surtout par rapport à la concurrence. Qu’à cela ne tienne, allons-y en soirée ! Madame Messieurs a réussi à dépoussiérer avec astuce un classique de la cuisine de bistrot pour notre plus grand bonheur et celui des gens du quartier. 

Guillaume




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire