mardi 30 juin 2015

Entretien avec Dorothée Van Agt, co-fondatrice et gérante des caves Bières Cultes.


Lorsque je suis entré dans le monde de la bière au cours du printemps 2013, j’ai bénéficié de conseils avisés de la part des sympathiques vendeurs de la boutique Bières Cultes de Châtelet. Quelques temps plus tard, je découvrais la boutique du 5ème, dotée d’un espace de dégustation. Deux ans après, à force de fréquentation assidue, j’ai rencontré Dorothée Van Agt, co-fondatrice et gérante de Bières Cultes. Entre la Paris Beer Week, un voyage d’affaire à Montréal et la préparation de La Rue de la Flandre, événement de promotion autour de la culture flamande qui se tiendra du 5 au 11 juillet prochain, elle a accepté de me parler de son métier, de sa passion et plus largement du monde de la bière.


Dorothée est une entrepreneure à l’emploi du temps ultra chargé. Elle se démultiplie pour assurer la gestion administrative et financière de sa société, la gestion événementielle, la communication, la vente en boutique et parfois des déplacements professionnels comme récemment à Montréal pour le Mondial de la bière. « J’essaie d’effectuer ce genre de déplacement deux à trois fois par an. Ça me permet de découvrir et de prendre contact avec de nouvelles brasseries et aussi d’entretenir mes relations avec nos partenaires. A Montréal il y avait plus de 130 brasseries présentes ! »

Ces salons permettent aussi de constater les différences qui existent entre l’Amérique du Nord et la France. « Les américains ont énormément d’avance sur nous en matière d’exploitation et de business autour de la bière. Je suis revenue avec plusieurs idées de développement pour nos boutiques. »
Ce développement passe indéniablement par l’établissement situé à Cardinal-Lemoine qui dispose d’un bel espace de dégustation et peut accueillir des évènements d’envergure comme ce fut le cas notamment lors de la Paris Beer Week 2015.
« L’espace dégustation est primordial pour nous car il permet, dans un premier temps d’avoir un retour direct sur nos produits et nos conseils, mais aussi de gagner en visibilité avec des évènements autour de la bière. Des dégustations, des conférences, des formations, des concerts, des expositions… tout est possible. Il doit booster la rentabilité de toutes les boutiques. »

Le développement passe également par des évènements en dehors des boutiques comme la Rue de la Flandre qui pendant une semaine du 5 au 11 juillet prochain va transformer la rue Androuet à Montmartre en province belge. « Bières Cultes sera présent lors de la Rue de la Flandre puisque nous allons tenir la cave à bière éphémère avec une centaine des 1500 bières flamandes à la pression ou en bouteille. Ça va être énorme. »

En 2007 Bières Cultes ne vendait que des bières belges. Par la suite sont arrivées les anglaises et les allemandes et même les américaines. Qu’en est-il des bières françaises et parisiennes ? « Avant 2009, les bières françaises que je parvenais à me procurer restaient globalement décevantes. Aujourd’hui c’est différent, en dépit d’une taxation peu avantageuse, les brasseurs français font de l’excellent travail. La Paris Beer Week en est la parfaite illustration. De plus le ‘consommer local’ est à la mode en ce moment. Il est donc tout à fait logique de proposer à nos clients des bières franciliennes. »

Parmi les bières françaises qui valent le détour, il y a notamment celle brassée par Dorothée herself ! Issue d’un partenariat avec la brasserie de la Pleine Lune, Les Gens de la Pleine Lune, c'est son nom, est disponible depuis un gros mois dans toutes les boutiques Bières Cultes. « Cette bière rassemble tout ce que j’attends d’une bière : fraîcheur, amertume maîtrisée et arôme exotique. C’est une Tropical Lager. Et en plus je suis dessinée sur l’étiquette ! »
Il ne reste plus qu’à poser LA question Parisian Walkways sur ses spots préférés à Paris. « Les Trois 8, dans le 20ème, c’est le meilleur endroit pour boire de la bière après Bières Cultes ! Sinon, j’adore le 18ème, il y a une vie de quartier qui me rappelle l’atmosphère de chez moi dans le nord. Le Vingt Heure Vin est parfait pour boire un bon petit rouge. Et niveau resto il y a La Midinette, on y mange simple et frais, comme à la maison. »

Avec la gamme proposée la plus large de Paris, une ‘bière maison’ et pleins d’événements à venir, et bien que tout cela ne soit pas non plus tout le temps facile à gérer, Dorothée a de l’appétit et la soif de réussir.

Guillaume

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire