mardi 21 janvier 2014

Art et nature embrassés : les Noces végétales aux Grandes Serres du Jardin des Plantes.

              Si Paris, en ce mois de janvier en demi-teinte, vous étouffe quelque peu, rien de tel que de se mettre au vert. Une ballade à vélo ou une marche aux Buttes Chaumont est un très bon remède à la « sinistrose » citadine. Vous pouvez aussi vous rendre dans cet élégant parc qu'est le Jardin des Plantes, au sud de Paris, où il fait toujours bon traîner, quelque soit la saison. La preuve : les grandes Serres ouvrent leur porte, dans le cadre d'expositions permanentes et temporaires, pour des ballades à l'abri du froid. Se tient en ce moment une exposition très originale dans la Serre n°1 : « Noces végétales ».


                 Organisées par le Muséum d'Histoire Naturelle en partenariat avec les Ateliers d'Art de France, l'expo est le fruit de l'imagination d'un créateur, Tzugi Gueta, brillant ingénieur textile qui explore d'autres voies dans l'innovation du tissu. Il est notamment l'inventeur de la « dentelle siliconée », qui allie la grâce du travail du fil avec la plasticité de la sculpture. Son travail, à la frontière de l'organique et de l'artificiel, s'insère de manière naturelle dans la Grande Serre, où les plantes de la Canopée sont reines. Dans une atmosphère moite et parfumée, où les bruissements des feuilles et des voix humaines se côtoient, vous découvrirez de nombreuses races de figuiers, ficus, palmiers et autres lianes protégées. Une voûte végétale vous surplombe, et parmi les plantes se cachent les œuvres de Gueta. C'est une installation plus ou moins discrète de sculptures graciles, au cœur des bassins et des bosquets. De drôles de créatures flottantes, entre l'arbre et l'animal  ponctuent votre visite de la serre. On dirait que des fées ont laissé traîner leurs effets personnels parmi les feuilles. Une exposition courte, mais très méditative, et mêlant découverte de la flore tropicale et le plaisir visuel.

            Le billet d'entrée vous donnera accès aux autres serres du Jardin des Plantes. Trois serres se succèdent, dédiées respectivement aux plantes de la Nouvelle Calédonie, aux plantes des déserts et aux plantes qui ont survécu à travers les millénaires. De drôles de petites boîtes de couleur (que j'associe dans mon imaginaire aux « boîtes à meuh » qu'on secouait étant petits !) diffusent des sons : les petites histoires des plantes que vous regardez, ou bien des extraits d'émissions radiophoniques et d'interviews de scientifiques à leur sujet. Très instructives, si vous tendez l'oreille. Vous trouverez aussi des choses à sentir, à manipuler, à regarder de plus près : des essences parfumées, différents morceaux de bois, de petites graines... C'est à la fois ludique pour les plus jeunes, et toujours intéressant pour les plus grands, à qui on interdit toujours de toucher dans les musées traditionnels.

            L'exposition est aussi de courte durée. Vous avez jusqu'au 2 février pour vous y rendre. Elle procure une sensation d'apaisement, de lenteur, où les sens sont sollicités, et non pas l'intellect. Les petits et grands explorateurs, s'ils manquent encore de verdure, pourront à loisir se promener dans le Jardin Botanique, juste à côté, ainsi que dans la Ménagerie, afin de sentir à quel point la Nature est vivante. Le parc est un lieu de rendez-vous prisé, où l'on respire un peu mieux.

Margot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire