lundi 5 novembre 2012

La Paris Game Week, Noel avant l'heure pour les gamers parisien.

Rares sont les occasions de retrouver son âme d’enfant. Ces moments où tout redevient possible, où rien n’a d’importance, où l’on peut simplement se laisser aller sans penser de quoi le lendemain sera fait.  Les jeux vidéos ont cet effet sur une bonne partie des trentenaires (ou presque) représentant de la gente masculine dont je fais partie. Ils permettent de s’amuser,  de s’évader, de frissonner, bref de se changer les idées. Ce monde où la défaite, la sortie de piste, la mort même, n’a aucune incidence sur la vie future puisque à tout moment il suffit d’appuyer sur « Play » pour repartir et tenter une nouvelle fois sa chance. Et parce qu’aujourd’hui il est devenu très rare que j’allume ma console, c’est avec cette âme d’enfant que je me suis rendu à la Paris Game Week au Parc des expositions de la porte de Versailles.


Imaginez donc un immense salon dans lequel vous trouveriez des milliers d’écrans, de consoles et de pads (ceux qui ne connaissent pas ce mot chercheront !). Des écrans géants et des enceintes permettent aux spectateurs de suivre les joutes auxquelles se livrent les gamers pour imposer leur suprématie sur tel jeux et sur telle machine. Les parties sont commentées à la manière d’une véritable compétition sportive et le vainqueur est généralement récompensé par le gain d’une console ou d’un jeu qu’il possède déjà…  et par le droit de participer à un tournoi d’une plus grande envergure.

Que peut on retenir de cette Paris Game Week 2012 ?


Tout d’abord l’espace consacré au salon est plus petit que les précédentes années, c’est plutôt surprenant étant donné qu’il ne semble pas perdre en fréquentation. En effet, plus que jamais on circule mal dans les allées du Hall 1, et les files d’attentes pour les jeux très attendus sont simplement ahurissantes. Entre 1h30 et 2h pour tester Assasins Creed 3 ou FarCry 3 et plus de 4h pour tester le dernier Call of Duty !!! C’est probablement à ce moment précis que l’on peut saisir la nuance qu’il y a entre être un Nerd et être un simple Geek…

4h30 à attendre et il y a des candidats !
Bien que je me sois contenté de tester des jeux plus accessibles comme les derniers TEKKEN, WRC ou RAYMAN,  c’est seulement pour la nouvelle console de Nintendo, la Wii U, que j’ai accepté de patienter un instant. Ce fameux écran tactile qui fait également office de manette, sensé être LA nouveauté de la console, n’apporte au final que très peu de chose et s’avère très délicat à utiliser lorsque vous jouez seul. Bien que l’on sache depuis un moment que la Wii est faite pour le fun du jeu à plusieurs, on attendait tout de même mieux au niveau de la jouabilité et des graphismes. A titre d’exemple, Rayman Legend est une véritable copie de Rayman Origin avec quelques modifications qui tiennent à la seule utilisation de cette fameuse manette.

Quelques sympathiques trouvailles, j’ai testé un jeu de karting avec les vrais pilotes de F1, une sorte de mix entre Mario Kart et Formula One. Egalement un jeu de chasse/tir avec un fusil équipé du PSMove dans une sorte de cabane de chasse, comme souvent le décor dans lequel on est au moment du test joue beaucoup, pas sur que devant ma télé sur le canapé ça soit aussi fun.
Pour le reste c’est toujours la même chose, des filles en tenue sexy distribuent des goodies en tous genres et on rencontre parfois nos héros en tissus et en mousse au coin d’un stand, provoquant une joyeuse cohue. Au final on en sort souvent déçu, mais chaque année on a envie d’y retourner.


Guillaume

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire