samedi 25 mars 2017

Le Lucernaire, lieu de culture et de vie dans le 6ème arrondissement


Les alentours du boulevard Saint Germain et du Jardin du Luxembourg font partie de nos lieux de promenade privilégiés. Par tous les temps, le charme d'un Paris d'artistes s'y inspire à pleins poumons. Mais nous passons relativement peu de temps en soirée dans ce quartier, car les prix explosent. Néanmoins, un lieu pluridisciplinaire se niche rue Notre Dame des Champs. A la fois théâtre, cinéma, librairie, bistrot et restaurant, le Lucernaire attire comme un aimant des noctambules de tout poil, venus pour se "culturer", pour se restaurer, prendre un verre, ou les trois à la fois !


Le lieu existe depuis 1968, et a été réfléchi par ses créateurs Christian le Guillochet et Luce Berthommé comme un lieu pluriel, ouvert à tous les publics, permettant une grande liberté d'expression et de création. Laurent Terzieff y a pris ses quartiers, et y imprime encore son identité. C'est pour moi l'un des plus beaux exemples de théâtre privé de Paris, et beaucoup d'artistes s'y sont produits, tels qu'Eugène Ionesco, Gérard Depardieu, ou Vincent Macaigne. Nous arrivons par un petit porche pavé, bordé par les étals de la librairie proposant des ouvrages consacrés au théâtre, à la littérature plus générale et aux Bds (appartenant aux éditions l'Harmattan, son identité est intrinsèquement liée à l'univers du livre). A droite, le bistrot du Lucernaire, au parfum de bohème tranquille : on y boit de la bonne bière, du bon vin, dans un cadre traditionnel et très chaleureux. Au fond, le restaurant est vaste et bas de plafond, tout orné d'ardoise et de lampes industrielles, les tables très proches les unes des autres.

Le lieu dispose de salles de cinéma diffusant des films d'auteurs et jeunesse. Trois salles de théâtre se répartissent dans les étages, avec des jauges allant de 46 à 116 places, confortables et à taille humaine : ces salles ont le grand mérite de permettre aux spectateurs de voir de partout, et de jouir d'une belle proximité avec les artistes.

Pas moins de quatorze spectacles peuvent être programmés sur deux mois, se répartissant dans les trois salles, à raison de plusieurs représentations par soir. La saison est donc très variée, mélangeant théâtre musical et jeunesse, créations contemporaines et reprises de classiques avec une cohérence et une qualité rare à Paris.

J'ai pu découvrir le lieu l'année dernière, à l'occasion d'une représentation de Kiki de Montparnasse, merveilleux spectacle musical mis en scène par Jean Jacques Beneix. J'ai eu le plaisir de m'y rendre avec Laura, chroniqueuse du blog Bedford Street, qui en a fait la critique. J'y suis retourné peu après avec Guillaume, afin de découvrir une adaptation incroyablement interprétée du Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, mise en scène par Thomas le Douarec. Et l'humoriste Mickaël Hirsch, que nous avons eu la joie de rencontrer au Théâtre Hébertot, y a posé ses valises jusqu'au 2 avril ! C'est l'occasion d'y aller.

Vous pouvez retrouver toute la programmation sur le site du lucernaire pour venir prendre un vrai bouillon de culture, sans snobisme ambiant, fonctionnant à la chaleur humaine et à l'amour de l'art. Et ça fait un bien fou.


Margot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire