lundi 29 février 2016

Le Persifleur, buvette parisienne de la butte Montmartre.


« Tu fais quoi samedi soir ? – Rien pour le moment. – Tu viens avec moi pour l’anniversaire du Persifleur ? – Ok. » Parfois la découverte d’un nouvel établissement ne tiens vraiment pas à grand-chose… Installé à quelques encablures de la célèbre place des Abbesses, le Persifleur soumet à votre approbation ses créations de cocktails, ses assiettes composées, quelques bières artisanales et, Montmartre oblige, une belle sélection de vin. Convivial et branché, le bar s’impose comme un beau lieu de distraction parisien.

La butte Montmartre n’est pas spécialement réputée pour ses bars à cocktails, on y trouve surtout des bars à vins, des bistrots et des restaurants. L’art du contrepied semble bien ancré chez nos nouveaux amis du Persifleur. Les réflexions philosophiques et mixologiques sont les priorités de l’établissement autoproclamé « Buvette parisienne ». Dans un cadre à mi-chemin entre l’appartement parisien et le bistrot, le bar fête son premier anniversaire dans la joie et la bonne humeur.

©YouShould
Le cocktail star de la soirée ne porte pas de nom, pas encore. Sa composition est un mystère, à charge pour les clients de trouver par eux-mêmes. Chic, on adore ce genre de challenge. Un goût puissant d’amaretto, du citron, de l’orange, du sucre… Reste à trouver l’alcool qui sert de base. Gin ? Vodka ? C’est cette dernière qui l’emporte. Encore un ingrédient ? Mais lequel ? Le barman nous glisse qu’il s’agit d’une liqueur de gingembre. L’ensemble, très agréable en bouche, a un goût de Calisson.  Voici un nom tout trouvé pour cette belle création.

©YouShould
Avec une grosse dizaine de « nectars maison » inspirés, vendus entre 10 et 14 euros, le Persifleur porte bien son nom. Taquin, il l’est jusque dans ses compositions. Je pense notamment au Mr Rosefield créé sur la base d’un punch au beurre de cacahuète et une mousse fruit rouge. « Pour ce cocktail on a voulu créer une boisson qui s’approche d’un milkshake avec alcool. C’est un peu particulier mais il a ses amateurs. » En partant, je vois passer une assiette de charcuteries et fromage. Les « Fringales » permettent de remettre les plus audacieux dans le droit chemin en proposant une sélection de Gouda à la Truffe, Bellota et Cecina de Bœuf. Ça sera pour la prochaine fois.

Bon anniversaire au Persifleur qui ne s’en laisse pas conter et réussit son examen en proposant sa propre définition « Rires taquins, espiègleries culinaires et découvertes rafraîchissantes. Un lieu de vie qui associe les valeurs d'une buvette traditionnelle aux inventions gustatives contemporaines. » Voilà qui est bien dit.

Guillaume



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire