mardi 28 avril 2015

Bal poétiquement belge au Petit Joseph Dijon.


A la fois typique et atypique, le Petit Joseph Dijon est un bistrot incontournable du quartier Simplon. Ouvert en 2013 par Isa et Thomas, deux alsaciens installés depuis 10 ans dans le 18ème arrondissement de Paris, ce bar réussit la prouesse de rassembler les caractéristiques du bon vieux troquet ainsi que celles du bar branché à grosse programmation culturelle. Découvert un peu par hasard en cherchant un établissement où boire de la St Stefanus, nous nous sommes retrouvés au milieu d’une soirée au cours de laquelle poésie, musique électro et bonne bière se mêlaient dans la plus grande convivialité.


L’objectif des patrons est de proposer aux clients des produits de qualité et une programmation culturelle variée. C’est réussi puisqu’on y trouve de bonnes bières peu connues des cocktails maison, des petits vins mais aussi des planches de fromages, des saucissons, des terrines… à des prix plutôt corrects. Réussi aussi avec des concerts régulièrement programmés. Le soir où nous étions présents c’est Manu Louis, compositeur belge au style très personnel, qui était chargé de mettre l’ambiance. Guitariste hybride et singulier, chanteur énergique et théâtral, il nous a proposé un set à mi-chemin entre Folk, Pop et Electro.

Il y en a vraiment pour tous les goûts dans ce petit bar simple et accueillant.


Il se passe toujours un truc original au « Petit Joseph ». En plus des concerts et des mix de DJ, des ateliers de dégustations sont organisés plusieurs fois par semaine. Ce soir là, le bar organisait un concours de poésie en partenariat avec la bière St Stefanus. Le gagnant (croisons les doigts pour que ce soit nous) emportait un stage de brassage pour six personnes.  Et même s’il ne se passe rien de particulier vous pourrez boire votre conso en observant les photographies ou toiles accrochées temporairement aux murs.

Ces expos habillent naturellement les murs des établissements qui les reçoivent. Pas la peine d’investir dans un cadre fantasque, ici les murs changent de vêtements après chaque vernissage. Seule la façade du fond conserve son papier peint rétro. En ce moment, ce sont des photographies d’habitués prises par Elisa Dervillers, à l’occasion des deux ans du bar, qui ornent le mur principal. Originale, cette petite expo montre parfaitement l’esprit qui règne au Petit Joseph. Il est à l’image d’Isa et Thomas : simple et accueillant.


Guillaume


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire