samedi 7 février 2015

L’Experimental Cocktail Club, le Speakeasy discret et élégant de Montorgueil.


« Paris était une belle endormie qui ne demandait qu’à être réveillée, nous l’avons fait. » C’est tout à fait ce que pourrait dire l’équipe dirigeante de l’Experimental Cocktail Club. Ce bar, ouvert en 2007 et dont j’entends parler depuis quelques temps déjà, est considéré par tous les amateurs de cocktails comme le véritable pionnier en la matière. Malgré mon dévouement à essayer de me rendre dans les endroits qui font l’unanimité, je n’avais jamais pris le temps d’aller découvrir cet établissement. J’ai donc profité de la Paris Cocktail Week pour combler ce retard. Situé dans le 2ème arrondissement dans le quartier de Montorgueil, l’Experimental Cocktail Club est largement à la hauteur de sa réputation.

Cette belle réputation s’est faite grâce à d’excellents cocktails. La carte de saison contient une douzaine de créations vendus 13 ou 14 euros. Chaque création a pour base un alcool différent, parfois très original comme le Perpette les Olivettes à base de Pisco ou les Raisins de la Colère à base d’Armagnac. Les accords entre les alcools, liqueurs, jus et autres bitters sont étudiés afin de nous proposer les goûts les plus pointus. La mixologie dans toute sa splendeur !

Le pionnier des nouveaux bars à cocktails rassemble cocktails de qualité et cadre particulièrement agréable.


©BertrandCelce
Mon cocktail du soir est une création imaginée spécialement pour la Paris Cocktail Week, le Maggie Cassidy. Préparé sur une base de Cognac Pierre Ferrand 1840, ce savoureux breuvage est également composé de mout de raisin muté au cognac, de jus d’orange, de Poiré et de Spanish bitter. A la dégustation, je retrouve bien les arômes du Cognac et le sucre du Pineau des Charentes, le Poiré apporte une petite touche de pétillant et les épices acidulent parfaitement le tout. Une réussite, ce cocktail est tout de même assez fort. Normal dans ce genre d’établissement…

©BertrandCelce
Repérable pendant la Paris Cocktail Week grâce à un bandeau tricolore collé à ses extrémités, la porte de l’Experimental est habituellement assez discrète. D’ailleurs de l’extérieur on ne voit pas ce qui se passe derrière les fenêtres. On pénètre à l’intérieur du bar en franchissant un épais rideau de velours qui protège les clients des regards indiscrets. La décoration fait référence au style speakeasy en vogue pendant la prohibition des années 20 aux Etats Unis et que l’on retrouve maintenant dans plusieurs établissements parisiens. Murs de pierres, poutres apparentes, zinc en bois sombre et fauteuils en cuir ou en velours rendent le cadre particulièrement élégant et intime.

Nous somme en début de semaine, il est 19h30, le bar est déjà très copieusement rempli. C’est la rançon du succès que de ne plus avoir de places assises 35 minutes après l’ouverture. Nous avons passé la soirée au zinc. Ce n’est pas plus mal puisque cela nous a permis d’être servi assez vite et de pouvoir bavarder avec le barman tout en le regardant travailler.

La réputation de l’Experimental Cocktail Club est totalement méritée, en plus de créations exceptionnelles et d’un cadre particulièrement agréable. Mention spéciale à l’équipe qui s’est montrée très sympathique malgré le monde présent… La force de l’habitude probablement.


Guillaume


1 commentaire:

  1. « Paris était une belle endormie qui ne demandait qu’à être réveillée, nous l’avons fait. »
    Hemingway ? Paris est une fête ?

    RépondreSupprimer