mardi 11 février 2014

Van Hoos and Sons aussi sait faire un bon café.


Autant mettre tout de suite les choses au clair : Je déteste le café ! Cette étrange infusion au goût amer me révulse au plus haut point. Pourtant, étant naturellement intéressé par toute prestation sortant de l’ordinaire proposée dans Paris, terrain de chasse du blogueur curieux que je suis, je ne pouvais passer à côté de la boutique Van Hoos and Sons, Coffee Shop exceptionnellement bien fourni du 9ème arrondissement.


Avec les fêtes de Noël approchant, et la traditionnelle chasse aux cadeaux qui l’accompagne, il me fallait trouver une idée de cadeau pour ma mère. Grande amatrice de café, je savais qu’elle ne serait pas insensible à quelques centaines de gramme d’un café d’exception. Vient ensuite inexorablement une question quasi insoluble pour le béotien que je suis en la matière : quel café choisir ?

Heureusement pour moi je suis tombé au boulot sur un Hors-Série de l’Express racontant l’histoire du Thé et du Café. Armé de ce précieux magazine, j’ai appris beaucoup de chose sur le sujet, notamment que, parmi les 5 millions de plantations dans le monde, deux marques de cafés sortent clairement du lot en termes de qualité et de rareté : le Blue Mountain® et le Kopi Luwak®.

Le premier est originaire de Jamaïque et est une appellation d'origine contrôlée de café cultivés dans les Blue Mountains (montagnes bleues). Ces montagnes se trouvent à l'extrémité orientale de l'île de la Jamaïque. A des altitudes allant jusqu'à 5000 pieds, le sol, la pluviométrie, et l'épais brouillard des Blue Mountains se combinent pour créer les conditions parfaites pour la culture de ce café considéré comme le plus distingué du monde.


Le second provient d’Indonésie. Il est le plus rare du monde, le plus insolite aussi… Ce café, préalablement digérée par une petite civette arboricole appelée « Luwak » (« kopi » désignant le café en indonésien) voit ses protéines modifiées et pour partie transformées en acides aminés par les enzymes contenu dans les sucs gastriques de l’animal. Soigneusement lavé, séché puis trié, une fois torréfié, le café Luwak est incroyablement acidulé. La production annuelle de ce café extraordinaire était de 200 kg, toutefois, l'engouement suscité a permis l'éclosion de beaucoup de petites fermes où sont maintenant élevés des Luwak. Si la production reste très petite, plusieurs tonnes sont malgré tout produites aujourd'hui.

Van Hoos and son rassemble ce qui se fait de mieux en matière de café.


Après une rapide recherche sur ce magnifique outil qu’est internet, j’ai découvert que ces deux cafés d’exception sont disponibles, au Café Van Hoos and Sons rue Richer dans le 9ème !

Une fois sur place, je me rends compte que cette boutique a des allures de caverne d’Ali Baba pour tout amateur de café qui se respecte. Du café bien sûr, mais aussi du thé, du chocolat et surtout tous les outils et accessoires utiles à la consommation de ce fameux breuvage qui me laisse pourtant de marbre. Le décor est assez moderne, les murs sont blancs et les étagères contenant les produits s’imbriquent parfaitement. Quelques tables et chaises permettent aux indécis de goûter avant de choisir parmi la douzaine de cafés différents torréfiés sur place. « Tous d’excellente qualité » si l’on en croit le sympathique vendeur qui m’offre un chocolat chaud pour patienter le temps de moudre les 250g de grains de Blue Mountain, sur lequel mon choix s’est finalement porté. Ma collègue qui, jusque-là, ronchonnait à cause de la longue marche que je lui avais imposé a retrouvé le sourire lorsqu’elle aussi s’est vu offrir un expresso.

Je ne manquerai pas de vous tenir informé sur la qualité du Blue Mountain une fois que ma mère aura pu le goûter, en revanche vous devez bien vous imaginer que ces cafés d’exception sont assez chers. N’ayant pas pour habitude d’en acheter, je n’ai pas vraiment de points de comparaison, cependant quelque chose me dit que 26.90€ pour 250g de Blue Mountain et surtout 60€ pour 250g de Kopi Luwak, ce n’est tout de même pas donné. Après tout, ce qui est rare et cher et si le café est à la hauteur de sa réputation, les 50 tasses contenues dans les 250g du paquet, qui ne coûteront que 54 centimes l’unité, seront bien moins chères que n’importe quel jus de chaussette au bistrot du coin !


Guillaume

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire