jeudi 10 octobre 2013

Première expérience étoilée au Passiflore.

             Vous connaissez probablement tous l’adage, « l'Appétit vient en mangeant ». Et bien on peut adapter cette maxime à l’envie d’essayer de plus en plus de restaurants gastronomiques. Même si, comme je le dis souvent aux amis auxquels j’en parle, je prends plus ces découvertes comme des expériences gustatives, chaque nouveau repas en appelle un suivant.  C’est ainsi qu’après avoir déjeuné au Petit Marguery Rive droite, mon ami Vincent et moi-même avons décidé de nous rendre au Passiflore, restaurant gastronomique étoilé du 16ème arrondissement et tenu par le Chef Roland Durand qui a été élu meilleur ouvrier de France en 1982. Situé à deux pas du Trocadéro, le Passiflore offre un cadre élégant et moderne ainsi qu’une nourriture raffinée qui allie, à l’image des habitudes de son chef, originalité et respect des traditions.


En pénétrant dans la grande salle on est tout de suite frappé par les couleurs qui dominent. La partie haute des murs est peinte en violet vif ou en gris très moderne tandis que la partie basse est bleue avec de plaintes dorées. La moquette est, elle, d’un violet légèrement plus fade. Le restaurant est décoré par des peintures très colorées dans le style Pop Art, dont une représente Marlon Brando, mais aussi par des sculptures asiatiques qui nous informent sur la passion de Durand pour cette région du monde. Pour être complet sur le cadre, il est amusant de signaler qu’une petite musique d’ambiance est présente et que sur les deux heures qu’a duré notre repas nous n’avons entendu qu’un album, celui de Seal…

Terrine de canard sauvage, Crevettes grillées en Saté et Gâteau au chocolat grand cru, un repas exceptionnel dont je vais me souvenir longtemps.


La cuisine du Passiflore est connue pour être très créative mais surtout pour proposer une pointe d’exotisme à des plats du terroir. La carte ne contient qu’un menu dans lequel nous sommes libres de nos choix et combinaisons (Plat, Plat/Dessert, Entrée/Plat/Dessert) pour un total de 53€ tout de même.

Mon choix se porte en entrée sur une Terrine de canard sauvage accompagné d’une marmelade à l’orange et de pousses d’épinards. En plat principal j’ai pris les Grosses crevettes tigrées en saté citron vert servi avec du riz noir. La sauce saté fut une vraie découverte pour moi, il s’agit d’un plat malais qui est un mélange plus ou moins relevé de cumin, curcuma, gingembre, coriandre, piment, ail et cacahuètes pilées. Le mix de cette sauce avec le riz noir et les crevettes est un vrai régal. Enfin pour le dessert, j’ai décidé de rester dans mes classiques en choisissant le Gâteau chaud au chocolat grand cru qui est servi avec un sorbet au chocolat et qui, à la dégustation, révèle une belle surprise, un très savoureux cœur fondant à la pistache.

Je ne peux pas passer sous silence les excellents plats choisis par mon acolyte, il n’a pas résisté aux Ravioles de homard baignées d'une nage citronnelle-coriandre, dont la quantité était selon moi légèrement insuffisante même pour du homard. Son dessert semblait également très appétissant, il a pris la Viennoise en pain perdu, fruits caramélisés, glace à la cardamone sur laquelle il ne tarit pas d’éloge. 

C’est donc, vous l’imaginez, un repas exceptionnel que nous avons passé au Passiflore. C’était la première fois que j’avais l’occasion de manger dans un restaurant étoilé, je dois avouer qu’en dépit du prix, je ne regrette pas une seconde d’y être allé. 

Guillaume

2 commentaires:

  1. Malheureusement cet établissement a fermé ses portes...

    RépondreSupprimer
  2. Malheureusement cet établissement a fermé ses portes...

    RépondreSupprimer