lundi 14 octobre 2013

La Perla, l’authentique escale sud-américaine de Paris

            Parisian Walkways, comme vous l’avez sans doute remarqué, traduit notre curiosité envers les nouveautés parisiennes et notre envie de vous faire partager nos découvertes. Mais nous recherchons aussi les adresses pérennes de la Capitale, là où les habitués s’installent et où les explorateurs urbains entrent, les sens en émoi. La Perla, bar mexicain amarré rue François Miron depuis 1988, nous a attiré entre ses murs par le chant de la Sirène qui en est l’égérie. Sa réputation de meilleur tequila bar d’Europe donne d’autant plus d’enjeux à notre visite.

Du bois, des ventilos qui tournent à plein régime, et beaucoup de lumière, grâce aux baies vitrées, voici le cadre de base. Quelques palmiers, des toiles sensuelles accrochées au mur, des bouteilles bigarrées derrière le zinc, et un grand espadon qui nous indique le chemin des toilettes, voici la Perla. En somme, un bar à tapas qui n’a pas besoin de jouer la carte du on-est-à-fond-sur-le-Mexique-donc-on-met-des-mariachis-et-des-sombreros-partout. Le décor est marin, classe, et très simple. On voyage déjà grâce aux effluves de tequila Ocho, de citron vert et des nombreux nectars proposés à la carte.

Profitez de l'Happy Hour pour prendre le pichet de Margarita et une assiette d'Enchiladas. En plus en arrivant tôt vous serez sûr d'avoir une place assise...


Penchons nous sur celle-ci. La boisson à tester en ces lieux est assurément la Margarita, déclinée sous des formes très intéressantes. Vous pouvez prendre la classique mais excellente Margarita Fraise ou ses petite sœurs à la mangue, à la pèche ou encore à la cannelle, ou tout simplement la prendre nature et choisir la tequila qui la compose. L’happy-hour jusqu’à 21 heures sera l’occasion pour vous de prendre un pichet d’un litre ½ de cette traîtresse boisson : comptez une vingtaine d’euros et la possibilité de remplir 6 à 8 verres. Pour un after-work ensoleillé, c’est parfait.

Et pour accompagner tout ça ? De la musique torride, qui envahit le bar à 21heures précises quand les lumières baissent, et nous laissent un peu grisés. Mais surtout, on peut déguster les classiques et efficaces nachos au fromage, ainsi que de nombreux plats mexicains, loin du tex mex de base : assiettes variées de riz, viandes et haricots, petites empanadas au fromage de chèvre, enchiladas à mourir… Généreux et parfumés, ces mets nous ravissent et – il faut bien l’avouer – nous aident à éponger nos margaritas (non, non, le « juste un verre hein » ne marche pas ici).


Le bar a depuis longtemps ses adeptes. Jeunes bobos, cadres en cravate, couples soixante-huitards, touristes divers et tout un tas d’autres êtres humains fréquentent la Perla. C’est très agréable de sentir bourdonner la vie parisienne autour de soi, mais seulement dans une certaine mesure. Oui, il faut avouer que le vendredi venu, il est conseiller d’arriver très tôt pour avoir une table. Armez-vous de patience, car lors des pics de fréquentation, les serveurs peuvent se montrer un peu empressés et désorganisés. Néanmoins, ce bar est une magnifique découverte, où vous me recroiserez assurément. Hasta luego !

Margot.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire