vendredi 20 septembre 2013

Fantasmes comestibles à la Pâtisserie des Rêves.

©lapatisseriedesreves.com
Avez-vous déjà été obsédés par quelque chose durant plusieurs jours, plusieurs semaines, en tapant sur votre clavier au bureau, dans le métro, jusqu’à en rêver la nuit ? Avez-vous déjà désiré quelque chose si fort que vos pas s’y dirigeaient inconsciemment? Moi ça m’est arrivé, avec un éclair au chocolat. La Pâtisserie des Rêves, véritable coin de paradis de la rive gauche, m'a aidé à assouvir ce petit fantasme.


C’est en passant dans la Rue du Bac, rue intime et cossue du 7ème arrondissement de Paris, que dans une ambiance ouatée et propre, j’ai découvert la Pâtisserie des Rêves. Oui, c’est son nom. Présomptueux, le proprio ? J’entrai alors, trop curieuse et gourmande pour continuer mon chemin. Le petit paradis terrestre de Phillipe Conticini, ce chef visionnaire qui initia la grande mode des verrines, fait de prime abord penser à une bijouterie culinaire. Les murs immaculés et la décoration épurée laissent toute la place aux pâtisseries pour se déployer dans notre regard. Le personnel, tiré à quatre épingles et auréolé d’un doux sourire, pourrait tout autant nous vendre de précieux joyaux. Nous sommes dans le 7ème. Tout est question d’art.

©lapatisseriedesreves.com
Aériennes, les créations reposent sous de délicates cloches de verres. Les pâtisseries proposées nous sont familières : Saint Honoré, Tarte Tatin, Millefeuille… Les grands classiques sont travaillés au corps et renaissent magnifiés, graphiques. Le Paris-Brest du chef a été élu Meilleur de France en 2010. La tarte au citron fut ma première rencontre avec le maître. Parfumée, douce, et coiffée d’une meringue aussi légère qu’une mousse, elle m’a conquise. L’éclair au chocolat devint mon obsession, après l’avoir aperçu dans son écrin de chocolat noir, débordant de crème. La dégustation fut un instant de magie. D’autres créations sont proposées au fil des saisons, tels que des sorbets, compotes, et autres entremets de la maison, tels que le Grand Cru, à base de chocolat noir.

Que cela soit une viennoiserie ou une pâtisserie, vous ne resterez pas insensibles à l'oeuvre de P. Conticini.


©lapatisseriedesreves.com
La Pâtisserie des Rêves propose aussi de la viennoiserie, et pas des moindres. A côté des classiques croissants aux amandes et pains au chocolat, trônent les madeleines et les financiers à l’ancienne, gourmands et généreux, ainsi que des spécialités de brioches pleines de surprises. Goûtez absolument la Folie, qui renferme en son cœur une crème à la vanille Bourbon et des raisins secs. C’est l’un des nombreux visages de la volupté. Si vous êtes un pâtissier en herbe, ou un adepte du goûter, vous trouverez posées le long des étagères colorées de la boutique quelques trésors : petits chocolats, guimauves, sucre pétillant et autres aromates angéliques.

Pour continuer l’expérience, vous pouvez vous rendre au salon de la Rue Longchamp, dans le XVIème, où vous pourrez vous asseoir dans un cadre tout aussi épuré que la boutique Rue du Bac, qui elle, ne dispose pas de chaises et de tables. Les prix sont assez élevés, comptez environ 7 euros pour une pâtisserie individuelle, et 3 euros pour une viennoiserie. Néanmoins, on se souvient très longtemps des saveurs que Phillipe Conticini crée pour son plaisir et le nôtre. Un peu d’hédonisme, ça ne fait de mal par les temps qui courent ! 

Margot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire