dimanche 6 janvier 2013

Ce Caméléon n’a pas que des belles facettes.


En fin d’année la tendance pour les sorties est plutôt de se retrouver chez les uns ou chez les autres autour d’un bon repas. Il est donc plus rare de fréquenter les bars ou les restaurants. Pourtant, pour des évènements d’envergure comme la célébration d’un anniversaire il est préférable et bien plus pratique d’investir un bar afin que chacun soit libre de ses aller et venues et de ses consommations.

C’est ce qui s’est passé pour l’anniversaire d’une amie où 20 personnes étaient invitées. Après une tentative ratée d’investir le 10 Bar, où nous avons été sèchement éconduits par un tenancier particulièrement désagréable refusant d’ouvrir sa salle du bas, nous avons choisi de tenter notre chance au Caméléon, un bar « musical » de la rue Saint André des arts.


La première chose qui nous attire, lorsque l’on entre dans ce bar, est l’ambiance. C’est assez calme. Les murs sont recouverts de peintures représentant un orchestre de jazz. Le cachet donné par cette décoration à laquelle s’ajoute les petites banquettes et sièges en velours rouge est total.  La toute petite partie surélevée, ne contenant qu’une table, donne également du style au lieu. Cette partie presque intime de la salle, donne sur la rue à travers une large baie vitrée. On s’imagine très bien avec une chère amie sur cette astucieuse estrade où l’on peut voir sans être vu.

Un bar au fort potentiel gâché par un personnel désagréable.



En bas, une cave de plusieurs salles accueille les soirées privées dans le style de notre anniversaire. Le problème est que nous n’avons pas réservé. Et si, sur le chemin je me demandais s’il y aurait de la place pour nous dans ces caves très agréables dans lesquelles un Piano laisse penser que des sessions de Jazz sont régulièrement proposées, je fus très surpris de constater que ces salles étaient vides et non éclairées. La surprise fut d’autant plus grande que le barman annonce clairement qu’il refuse de nous laisser nous y installer, sans raisons apparentes.

Nous sommes donc dans une situation où, en plein 6ème arrondissement de Paris, deux barmen refusent d’accueillir un vendredi soir une grosse vingtaine de personnes qui va joyeusement consommer alors qu’ils ont largement la place nécessaire. C’est absolument incompréhensible.

Disposant d’une place suffisante, quoi que nettement moins confortable puisque debout, dans la salle principale, nous décidons finalement de rester sur place.

Si les cocktails ne sont pas le point fort de l’établissement, on ne peut qu’apprécier le fait que l’happy hour se tienne jusqu’à 22h. Commander une pinte juste avant cette heure pour 5€, dans ce quartier, est une vraie exception.

Enfin, le comportement du personnel du bar, au-delà du refus de nous laisser utiliser la salle du bas est vraiment déplorable. Visiblement agacées par notre présence, les deux personnes présentes ont été particulièrement mal aimables et passent leur soirée à se relayer pour aller fumer une cigarette dehors. Ils en profitent, d’ailleurs, pour faire des réflexions aux clients qui parlent trop fort à l’extérieur ou même à ceux qui tiennent leur verre sur le pas de la porte. 

Bref une grande déception pour un bar à fort potentiel mais qui ne fait aucun effort et où visiblement tout le monde n’est pas accueilli de la même manière.


Guillaume.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire