vendredi 14 décembre 2012

Raphael, les dernières années, au Louvre.


www.louvre.fr
Raphael. A ce nom, tout un monde s’ouvre : l’Italie, la Renaissance, la magnificence. Eventuellement une référence à la Tortue Ninja (souvenez vous, c’était celle au bandeau rouge armée de deux Saïs, ces espèces de grosses fourches) pour certains néophytes. En tout cas à mon niveau (et sans doute celui de beaucoup d’ente nous) Raphael est seulement un nom peint en lettres d’or dans notre culturelle très générale.

Grâce à une impressionnante collection de toiles, de sculptures et de tapisseries venues de toute l’Europe, le Louvre permet aux curieux et aux admirateurs de l’artiste de découvrir ou de revoir la majeure partie de son œuvre, malgré l’intitulé de l’exposition : « Les dernières années ». Certains travaux de ses élèves et contemporains y sont également présentés, et ce jusqu’à la mi janvier 2013.


Cet artiste au talent incontestable a longtemps mis son génie au service du Vatican. La Grande Sainte Famille, la Belle Jardinière (ah tiens, je la connais celle-ci !), Saint Jean Baptiste, Saint Michel et son dragon… C’est une perpétuelle «réécriture de la beauté sacrée.  Mais pas que ! D’énigmatiques portraits, comme celui de Baldassare Castiglione ou d’Alexandre de Médicis dans ses jeunes années, viennent relever cette riche exposition et une autre facette de l’œuvre du maître s’offre à notre regard.

Un immense merci au Louvre qui, grâce à de nombreuses petites notices au bas des tableaux, rend les toiles accessibles à l’observateur. C’est là la magie : réagir encore à des œuvres d’art vieilles de plus de quatre siècles, être toujours surpris par l’émotion dégagée par ces anges tourmentés et ces femmes en pamoison, rester béats face à la pureté du trait et l’éclat des couleurs. Tout simplement.

Margot.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire