jeudi 8 novembre 2012

Paris vu par Hollywood, l'expo du moment à voir absolument.


Les évènements d’envergure gratuits ne sont pas si fréquents dans Paris, il faut donc être à l’affût et  en profiter dès qu’on en a l’occasion. L’exposition qui se tient actuellement, et jusqu’au 15 décembre, à la mairie de Paris est de ceux là. Il s’agit d’une grande rétrospective sur l’utilisation de la ville de Paris par le cinéma hollywoodien. Bien sur la gratuité entraîne une forte affluence, vous serez très probablement contraints de patienter entre 30 minutes et 1h pour y accéder mais cela vaut assurément le coup.


Paris constitue aux yeux des américains un vrai fantasme. Les monuments, l’architecture, les jardins mais également le mode de vie parisien, et surtout la sophistication et le charisme de la parisienne font de notre capitale un endroit tout désigné pour faire rêver les spectateurs des salles de cinéma outre atlantique. Environ 800 films ont été tournés à Paris ou dans un Paris reconstitué. On apprend qu’un très méticuleux travail de reconstitution utilisait les dessins et photographies d’artistes français comme Robert Doisneau. Ainsi, de véritables « petits Paris » existaient dans les studios Paramount ou MGM.

L’exposition montre bien la façon dont les producteurs ont représenté Paris tout au long du 20ème siècle. Elle se divise en cinq périodes plus ou moins distinctes dans le temps qui nous permettent d’observer une véritable évolution.

Cela commence avec l’idée que Paris est avant tout une cité chargée d’histoire. C’est donc en s’inspirant des grands ouvrages de la littérature française retraçant cette histoire, comme Les Misérables ou les Trois Mousquetaires, que les premiers scénarios sont écrits.

Par la suite, la ville se trouve principalement au centre de comédies romantiques utilisant tout le pouvoir de Paris en termes de raffinement et de sophistication. Les producteurs choisissent notamment Maurice Chevalier, grande figure masculine du moment pour donner plus de réalisme au cliché.
Vient après ce que l’on appelle la période du Film CanCan, qui déjà dans les années 50, replongeait le spectateur dans le Paris de la Belle époque dont l’américain est friand. Ces films hauts en couleur et à la musique joyeuse et envoûtante monte une ville pleine de vie et artistiquement festive confirmant sa renommée dans ce domaine.

Dans les années 60 le cinéma hollywoodien s'installe dans les rues de Paris.


Le tournant suivant sera plus technique. Dans les années 60 les producteurs décident de quitter leurs studios pour investir le « vrai Paris ». Désormais on utilise le savoir faire des techniciens français et la quête de réalisme débouche sur utilisation des rues de Paris comme décor des tournages. La ville devient alors le terrain favori de réalisateurs comme Alfred Hitchcock et mettent en avant des actrices comme Audrey Hepburn dont le style parisien en fait une véritable icône de la mode.

Enfin, à la fin des années 80, après une période plus calme d’utilisation, on retrouve Paris sur les grands écrans hollywoodiens mais sous des traits différents. En effet, Paris a changé, est devenus plus sombre, plus violente, moins glamour et élégante. On découvre que cette ville exceptionnelle peut également être le théâtre de films d’action, d’espionnage ou policier.

L'exposition est très bien faite, elle retrace les cinq phases avec pour appui des photos, des dessins, des affiches, ainsi que des costumes et accessoires utilisés au cours des tournages. L'essentiel de l'expo  est consacré aux films représentant un Paris poétique et très séduisant sans forcément oublier d'évoquer la partie sombre de la ville. On flâne avec joie dans les allées de la grande salle en se laissant porter par un très long écran qui diffuse des extraits de films et de dessins animés. Tout cela nous transporte dans le passé et fait ressortir certains de nos excellents souvenirs cinématographiques.

Guillaume.

1 commentaire:

  1. Très belle expo en effet, surtout n'hésitez pas (si c'est possible) à arriver vers midi, il n'y a personne (enfin presque) c'est bien plus agréable pour circuler et s'attarder sur un élément de l'expo.

    RépondreSupprimer